AccueilGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Vera

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Vera

avatar

Messages : 7
Date d'inscription : 31/10/2010
Age : 30

MessageSujet: Vera   Dim 31 Oct 2010 - 12:07

Bonjour.

Je m'appelle Vera (sans accent, c'est un prénom slave qui signifie la foi), j'ai vingt-trois ans, je m'occupe avec les voyages, les lectures, l'écriture et le piano. J'aime Florence, Venise, Delphes, les églises de Bavière, les centres commerciaux, Chopin, les trajets en car, les trottoirs des grandes villes, les vieilles traditions, les sourires, les longs discours, ..., l'avion, l'oppression, les pizzas livrées, la peinture espagnole au siècle d'or, les intrigues, les meurtres, le cuir rouge ou noir, la médiocrité. Je n'aime pas l'humanisme, les bonnes intentions, les responsabilités, les enfants, l'art moderne, la poésie libre et laide, la télévision, le pragmatisme, le ketchup, les mots qui viennent de l'anglais, la plupart des animaux domestiques, l'optimisme, la loi, la finance, le dirigisme, ..., les coiffeurs pour dames, le cubisme, le papier peint flash, la colère, l'odeur des produits d'entretien cancérigènes, l'uniformisation, l'orgueil de réussir. Je faisais des vers pendant les excursions, pour passer le temps ou pour mieux le sentir, je les oubliais très vite, mais maintenant j'en écris quelques-uns, je retravaille, et ça me plaît bien. Je lisais peu de romans, je trouvais le style assez faible à côté de la poésie, mais depuis quelques années j'ai relu les classiques de la littérature, des bouquins qui m'avaient paru rébarbatifs plus tôt dans ma vie, et j'ai trouvé, découvert, beaucoup de puissance poétique. Alors tout en poursuivant mes sonnets de voyage j'essaie de trouver une forme d'écriture originale, expressive, inquiétante comme un prélude de Rachmaninov. Je posterai peut-être des objets un peu étranges. Je vais toujours commencer par visiter le forum, si ma connexion le permet...

Je ne sais pas si ça colle à l'idée de présentation, mais l'essentiel est là !
Revenir en haut Aller en bas
Little Mule

avatar

Messages : 67
Date d'inscription : 25/10/2010
Age : 37
SURNOM : Little, Mulette, LM, Tite Mule, Votre Grandeur, Vénérée Perfection et j'en passe... (a)

MessageSujet: Re: Vera   Dim 31 Oct 2010 - 13:06

Bienvenue ! Smile

J'ai hâte de te lire même si je n'adhère pas à tout ce que tu aimes ou n'aimes pas. Mais la différence c'est ce qui fait notre richesse Smile
Revenir en haut Aller en bas
http://littlemule.deviantart.com/
Aziliz
Esquive de Plume
avatar

Messages : 256
Date d'inscription : 02/05/2010
Age : 27
SURNOM : 'Liz

MessageSujet: Re: Vera   Dim 31 Oct 2010 - 13:59

Hello !

Je te souhaite la bienvenue sur ce forum et j'espère que tu te plairas parmi nous.

As-tu un ou des artistes préférés ? (Poètes, Romanciers, autres)
Tu dis que tu écrits des sonnets de voyages, pourquoi avoir choisit cette forme plutôt qu'une autre ?
Pourquoi aimes-tu la médiocrité et l’oppression ?

Au plaisir de te lire Smile
Revenir en haut Aller en bas
http://ecrirevivre.forumactif.com
Vera

avatar

Messages : 7
Date d'inscription : 31/10/2010
Age : 30

MessageSujet: Re: Vera   Dim 31 Oct 2010 - 14:58

Merci !

Baudelaire et Mallarmé pour la poésie, Balzac, les grands romanciers russes, la littérature sud-américaine du siècle dernier, Racine au théâtre, l'antiquité grecque en sculpture, architecture et philosophie, Mozart, Chopin, Rachmaninov et Haendel pour la musique, Ingres, Vélasquez et Delacroix en peinture.

Le sonnet est très oppressant, la forme est fixe, tout mot doit être à sa place, les vers d'ouverture, de volte et de clôture ont un rôle prédéfini, les effets sont programmés, mais malgré tout ce dispositif, toutes ces contraintes qui donnent de la force, qui font sonner, claquer les vers, il faut parvenir à placer là tel jet d'originale élocution. C'est un jeu de langage, des mots croisés dont les définitions sont pensées par l'auteur pour que tout concorde non seulement dans la grille, mais aussi de la grille à l'idée vécue, ressentie, pour la communiquer, mais aussi la revivre en se relisant soi-même. Sur la particularité d'une portion de pensée reçue, imprimée sur soi puis repensée par soi, si l'on se convainc qu'un seul sonnet peut la rendre absolument dans sa double étape, une impulsion, ce que l'auteur en fait, composer un sonnet c'est traduire autour puis se traduire soi-même avec une méthode poétique assez rigoureuse, et réussir par sa performance à s'approcher de la virtuose égalité rêvée du texte brut imprimé puis interprété par soi à la traduction, c'est-à-dire au poème, est un défi très enthousiasmant.

La médiocrité est pour moi la matière de la poésie, peut-être de l'art tout entier ; si l'homme était parfait, l'infection littéraire, qui étale de la noirceur, du vide et des travers, n'aurait jamais germé dans aucun esprit. L'oppression, elle, est aussi très poétique : l'écrivain, qui est conscient d'être névrosé, qui rêve à l'idéal et qui tâche de le créer quelque part dans son texte, est un parent très proche du théoricien autoritaire, qui prétend réordonner le monde. Un démiurge artiste est aussi celui qui propose une utopie politique, et qui s'il en possédait le moyen l'imposerait peut-être. Le poète a son petit côté néronien s'il pense qu'en oppressant du peuple il en tirera quelque liqueur plus pure. C'est l'idée de la lumière qu'on ne voit que dans l'obscurité, du bien qu'on ne discerne que sur un fond de mal : les actes les plus intéressants, les plus crispés, les plus héroïques, les plus malsains, les plus bizarres, les plus absolus se produisent plutôt dans un contexte oppressant. Je suppose aussi qu'on écrit parce qu'on est oppressé, parce qu'écrire est un moyen de parler sans être interrompu. Mais la médiocrité et l'oppression sont sans doute deux grands terreaux du roman et de la poésie.

Tu poses d'entrée des questions difficiles ! Peut-être qu'il faudra plus tard y réfléchir plus profondément...
Revenir en haut Aller en bas
Aziliz
Esquive de Plume
avatar

Messages : 256
Date d'inscription : 02/05/2010
Age : 27
SURNOM : 'Liz

MessageSujet: Re: Vera   Dim 31 Oct 2010 - 16:08

Désolée pour la difficulté mais ces points m'interloquaient dans ta présentation.

Cela m'impressionne car tu as des goûts assez classiques, différent de ce que j'entends la plupart du temps mais tu sais expliquer ces choix avec brio. Personnellement j'ai toujours beaucoup aimé le sonnet, plus que par musicalité et défi que pour le reste mais ton explication est plus profonde que ce à quoi je m'attendais. Quand à la médiocrité et à l'oppression, je pense que ça dépend du point de vue mais ton explication est en tout cas particulièrement convaincante.

Allez, je vais poser une question facile pour une fois Smile

Y'a t-il un endroit que tu aimerais particulièrement visiter ?
Revenir en haut Aller en bas
http://ecrirevivre.forumactif.com
Vera

avatar

Messages : 7
Date d'inscription : 31/10/2010
Age : 30

MessageSujet: Re: Vera   Dim 31 Oct 2010 - 16:57

Je crois que ce qu'on qualifie de classique est ce qui se prête à l'effort de forme absolument voué à emprisonner le Beau. Ce qui n'est pas qualifié par l'époque ou plus tard de classique est esthétiquement différent : plutôt que du Beau, c'est du choc, du surprenant, du transitoire, et donc du périssable. Le surréalisme est par exemple une esthétique onirique, avec son lot de désordres, de créatures fantasmatiques, d'enchaînements incompréhensibles, de surprenantes divagations. Mais le spectateur reste hébété devant l'objet quelques instants, puis il passe au suivant. La surprise est une forme raffinée du plaisir, le spectateur la consomme assez vite et se rend compte qu'il en veut encore. L'esthétique de la surprise et l'esthétique du Beau se rapportent ainsi l'une à l'expérimentation par des récepteurs d'un potentiel subjectif (le créateur a créé pour rencontrer un public) et l'autre à la définition du Beau (recherche effectuée dans l'absolu sans besoin de public ni d'auteur social) ; le classicisme est pour moi plus rassasiant.

J'aimerais bien visiter le sud de l'Italie, la Sicile aussi, mais j'attends d'avoir quelqu'un pour m'accompagner, peut-être en février ou à Pâques. Je vais sûrement retourner à Cordoue cet hiver.
Revenir en haut Aller en bas
Alexandra
Au fil des mots...
avatar

Messages : 457
Date d'inscription : 15/04/2010
Age : 23
SURNOM : Comme tu veux, mon chou !

MessageSujet: Re: Vera   Ven 5 Nov 2010 - 23:01

Bienvenue, Vera (: Un prénom slave pour une fille slave ou un prénom slave simplement au choix des parents ? Quel est ton point de vue quant à la signification de ton prénom ? Je pensais qu'en développant ton prénom pour nous en donner la signification tu pourrais nous en dire davantage d: Alors en gros : crois-tu que ton prénom te qualifie bien ? Et pour clôturer ce sujet dans ce message : c'est un joli nom ! Avec une belle signification, je dois dire.
On a beaucoup de points communs, quand je vois ta description, notamment au sujet de tes goûts musicaux, ton appréciation envers la peinture espagnole (quoique j'apprécie énormément d'autres peintures de partout ailleurs), de ta déplaisance envers la télévision et les enfants,...
Néanmoins, je ne comprends pas pourquoi tu n'aimes pas l'optimisme ? Mais là, il est vrai que chacun a sa manière de penser quant à ce mot et à beaucoup d'autres.
Quelle est ta composition la plus favorite de chez favorite ?
Quel est ton roman russe le plus favori de chez favori ? Il y a longtemps que j'y pense, mais je compte sérieusement me mettre à les lires ! (dès que j'en aurais le temps, c'est à dire dans pas si longtemps que ça, je l'espère).

Et pour finir, on reconnaît bien dans tes réponses une amoureuse de la poésie. Je m'autorise à dire que tu n'as pas beaucoup de difficultés à traduire en mots tes sentiments. Je me trompe ?

Encore bienvenue parmi nous (:

_____________________________

Revenir en haut Aller en bas
http://secrets-ecrivains.exprimetoi.net
Vera

avatar

Messages : 7
Date d'inscription : 31/10/2010
Age : 30

MessageSujet: Re: Vera   Sam 13 Nov 2010 - 19:50

Merci !

Par choix, puisqu'ils sont plutôt méditerranéens que slaves, mais je ne sais pas ce qui les a motivés. Certains croient que c'est une espèce de diminutif, une contraction hétérodoxe de Veronica. Ce n'est pas très important.

L'optimisme est un manque de lucidité. C'est même indécent d'estimer que tout ira mieux quand tout indique une dégradation. L'optimisme est un moyen, dit-on, de se donner du courage en surévaluant les situations à son avantage, et celui qui le pratique est quelqu'un d'intéressé par son succès. Je crois plutôt que l'autosuggestion n'est pas l'origine du courage, et que le courage est la volonté d'agir comme il faut agir en dépit de difficultés dont on est très conscient. Par ailleurs les discours optimistes que l'on entend dissimulent un malheur intéressant. Les gens joyeux ne sont pas intéressants."Les familles heureuses se ressemblent toutes ; les familles malheureuses sont malheureuses chacune à leur façon" (Tolstoï). L'optimisme empêche d'apercevoir la diversité du mal, laquelle permet la richesse de l'art.

Citer le plus fort n'est pas facile à faire, on préfère un peu toujours celui que l'on vient de finir, puis on relit l'autre et la tendance est inversée. Tolstoï, Dostoïevski, Gogol, ce sont les noms qui me viennent. Pour les compositeurs, Rachmaninov (prélude n°5 de l'op.23, les variations sur un thème de Paganelli) me plaît plus en ce moment que Prokofiev, Chostakovitch ou Tchaïkovski. Plus tourmenté, peut-être. C'est le premier grand compositeur à s'être enregistré lui-même, et la question de l'interprétation n'est pas inintéressante, on ne sait pas trop s'il convient de jouer au plus près de l'original ou chercher à injecter dans le jeu sa propre personnalité. Les interprétations que je préfère du prélude n°5 sont celles d'Evgueni Kissine et de Kathryn Scott.

La poésie est une activité qui m'occupe beaucoup. Mais je sais que quand je fais des vers pour moi seulement les mots sont connotés à ma manière et m'évoquent exactement ce que je veux. Ce qui n'est pas le cas, je crois, du lecteur, puisqu'il a d'autres références, son passé personnel, ces choses qui le font nuancer la substance initiale du mot, plongée dans le bain culturel de sa propre atmosphère. Redonner au mot dans l'esprit du lecteur le sens pur universel n'est peut-être pas à ma portée. J'ai posté quelques sonnets sur Plume de Poésies, si tu veux les estimer toi-même.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Vera   

Revenir en haut Aller en bas
 

Vera

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Avant tout. :: Corbeille.-